Lo sguardo che muove

2018-2020

Docere, delectare, movere.

À l’intérieur de la structure de la rhétorique classique, basée sur les trois piliers que sont « enseigner, enchanter et émouvoir », s’établit le dialogue entre les arts visuels et les arts performatifs fondé sur la mimesis, sur le geste, sur l’efficacité de la communication corporelle.

Ce dialogue commence avec l’art de la Grèce classique et est repris, en particulier, à l’époque renaissante et baroque . Le titre du projet, Lo sguardo che muove, se réfère au pouvoir que les oeuvres d’art ont, selon la conception de la rhétorique classique, reprise et approfondie à l’époque baroque, de « movere », c’est-à-dire émouvoir, et donc d’impliquer émotionnellement le spectateur.

Au-delà des spécificités des différentes époques historiques et artistiques, le regard que notre projet vise à poser sur l’art a pour objectif de déclencher un processus créatif, basé sur l’implication kinesthésique. Comme les recherches dans le champs neuro-scientifique l’expliquent, lorsque l’on regarde une œuvre d’art, un mécanisme neuromoteur est activé, défini comme une « simulation incarnée ». A travers différentes phases – observation, dessin, imitation photographique – les étudiants de l’Académie Nationale de Danse seront co-protagonistes, au même titre que les statues, d’un processus qui intègre l’accessibilité et la création.
Dans ce projet, la vision « sensible » sur l’art met en mouvement la dynamique du danseur.

Projet d’action recherche conçu et réalisé avec Natalia Gozzano, historienne de l’art, danseuse et enseignante à l’Accademia Nazionale di Danza de Rome, avec les élèves de 3e année de chorégraphie en 2018, 2019, 2020 et avec les élèves du Lycée Joyce d’Ariccia à la Villa Médicis en novembre 2019.

Dossier pédagogique téléchargeable ici

L’article co-écrit avec Natalia Gozzano pour la revue Unclosed, paru en juillet 2019 ici

Retour à Action recherche & pédagogie